L’hibiscus

Avoir le dernier mot

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Est-il vraiment important d’avoir raison ? de proférer le dernier mot ?

Je connais de nombreuses personnes qui s’entêtent à vouloir avoir raison, ce qui peut donner lieu à des débats enflammés, houleux, voire hargneux… des repas de famille incendiaires, des rencontres amicales affreuses...etc.
Question : est-ce toujours bien nécessaire d’avoir le dernier mot ?

Je ne vous suggère pas de faire profil bas devant la contradiction, d’avaler quelques couleuvres idéologiques (je vous écris en période électorale – sourire) néanmoins, je voudrais attirer votre attention sur le fait que parfois, il vaut mieux tourner les talons. On ne discute pas avec une porte fermée ! Si, face à vous, vous avez la même volonté de convaincre, à part la bagarre, je ne vois pas d’issue. Et je ne vous incite certes pas à la castagne !

Ainsi que je le formule souvent : C’est vous qui êtes le/la plus grand(e). Si vous me lisez, c’est que vous avez la volonté de transformer votre vie. L’autre n’en est pas forcément là. Alors, c’est à vous de prendre l’initiative de cesser les joutes verbales, qui ne peuvent guère conduire qu’à des désaccords haineux. Et de passer votre chemin...

Et… et… ce faisant, vous avez une chance de voir votre adversaire, interloqué(e) de se trouver en plan, revenir vers vous, renouer le contact sur des bases un peu plus saines…
Peut-être, en tendant l’oreille, pourriez-vous alors tenter de comprendre son point de vue. Et être surpris(e) de la "logique" du raisonnement de votre "adversaire". Et, pourquoi pas ? nuancer un peu votre propre point de vue...
Parfois, devinerez-vous sous ses convictions apparemment obtuses, des éléments, de l’ordre des préjugés, tissés par la peur (peur de l’inconnu, peur de l’autre… etc.)… et souhaiterez-vous déjouer d’abord ces idées préconçues…
En tout cas, je vous parie un adoucissement de la discussion. Car, en fin de compte, n’attendons-nous pas chacun(e) juste d’être entendu(e), d’être considéré(e) comme pouvant avoir un point de vue intéressant ? N’oubliez pas que l’autre, tout comme vous, cherche juste à ne pas souffrir et si possible être heureux/se...

Il me semble que c’est dans l’enfance, au cours de laquelle dans la grande majorité nous n’avons pas été écouté(e), que se niche la frustration qui se joue au présent… Cf Elevons-nous : de l’enfance.

L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte dit Confucius.
Par exemple, si vous souhaitez convaincre quelqu’un(e) sur votre façon de vous soigner ou d’élever votre progéniture… peut-être pouvez-vous comprendre que son chemin n’est pas le vôtre, son rythme lui est personnel… etc. Et lui laisser l’autonomie de sa pensée. Attendre qu’émerge son propre désir de muter...

Dire une fois suffit. L’autre n’est pas sourd(e). Soit il/elle vous saisit au vol. Parce qu’il/elle est prêt (e). Soit il/elle enregistre dans un coin de sa mémoire, et il/elle reviendra vous chercher pour des précisions… Ou pas.
J’ai été une acharnée ! dans mon jeune temps. J’attrapais les gens au col, et les secouais…
Vainement. (moue dépitée).
J’ai compris que plus je pilonnais, moins j’étais entendue. Vous vous souvenez que l’on devient souvent bête à pleurer quand on est malmené(e) émotionnellement...
Maintenant, je donne mon point de vue, une fois, et utilise l’énergie "économisée" à me balader.
Enfin ( sourire), c’est ce à quoi je m’efforce. Hum…
Essayez, vous emporterez certainement beaucoup plus d’adhésions !


© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr – mars 2017



Lisez sur le même sujet le coucou : Avoir raison ou être heureux /heureuse ?








Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...