L’hibiscus

Chatouilleux/se - à vif - écorché(e) vif/vive - susceptible - sourcilleux/se - ombrageux/se - irritable - rétractile : comment se parler quand on est brouillé(e)s

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Lors de relations brouillées, il est important de tenir compte de la nervosité de l’autre.
Et de la sienne propre.

Lors de disputes, il est fréquent que des tentatives de rapprochement se soldent mal, car on n’a pas assez tenu compte de la personne en face, et de sa réactivité.

Toute personne blessée - et en cas de différent, voire de conflit, nous le sommes tous et toutes - est extrêmement susceptible. Un rien, un mot maladroit, qui sonne comme un reproche, ou qui est pris pour un reproche, un jugement sur une façon d’être, de penser... tout peut être pris de travers !
Vous le savez bien. Vous l’avez, comme tout le monde déjà vécu.


Alors lorsque vous vous adressez à votre protagoniste, mettez du miel sur votre langue, soyez très attentif/ve à vos phrases, à vos formulations.
Imaginez-vous en train de causer à un bernard-l’hermite, très rétractile !
Adoptez donc le discours meta..
Personnellement, je préfère même l’écrit meta, car on a plus de chance de peser ses mots, et aussi, d’être moins en résonance avec les émotions de l’autre.

Prenez également le temps...
Car nous avons souvent, un diablotin en nous qui nous glisse des perfidies... (Ah bon ?! vraiment ? pas vous ?!! Ah j’aurais cru... (sourire)) et ces perfidies se dégonflent - et se gomment - lorsqu’on se laisse le temps de mûrir nos mots...


Et... il est une évidence : nous aussi, sommes à vif !
Il est bon de l’accepter. Et d’avoir une oreille ou une lecture un peu distancée...
Si nous prenons chaque mot au pied de la lettre, voire si nous nous permettons de broder, d’élucubrer, d’échafauder de grandes tragédies, nous n’allons pas œuvrer pour une pacification de la relation, vous vous doutez.
Alors un peu de détachement ne fera pas de mal.

Et, au pire : Oui, votre interlocuteur/trice est en colère, mais il/elle a pris le temps de vous écrire ou téléphoner. Et a donc envie de garder le lien.
Gardez cela au fond de votre coeur, bien au chaud !


Et prenez soin de vous !
Je ne répéterai jamais assez que prendre soin d’une relation, c’est d’abord prendre soin de soi !


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – novembre 2019








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.