L’hibiscus

Conseils aux personnes sensibles : quelques pratiques

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Quelques conseils pour aider les hyper sensibles à survivre "en milieu hostile" ! Pour les aider, non à se protéger, mais à se construire, et à pallier les handicaps de leur merveilleuse sensibilité !

Si vous êtes une personne sensible, quand vous êtes face à quelqu’un qui ne va pas bien, ou dans un lieu chargé, ou encore que vous vous sentez bien faible, sans en avoir élucidé la cause…

— Sautez dans vos pieds ! ce qui veut dire, prenez conscience du contact de la plante de vos pieds avec le sol. Sentez-vous porté(e) par la terre. Enracinez-vous.
Nb : la porte de l’énergie de la terre dans le pied est le point Yongchuan (Rein 1) : quand vous pliez le pied, c’est le point qui se trouve au centre de la pliure, sur le tiers avant des pieds.
— Soyez roseau et non éponge : Au lieu de jouer à l’éponge (rappelez-vous qu’au bout d’un moment une éponge est bonne à tordre !!) et boire les soucis de votre vis-à-vis, écoutez-le/la en vous imaginant comme un(e) recycleur/recycleuse. Vous êtes un roseau, un bambou, et vous laissez filer en terre tout ce que vous recevez de gris de votre interlocuteur/interlocutrice. Le simple fait de songer à cette image de roseau, permet d’avoir une écoute pleine de présence sans être anéanti(e) par la personne en peine.
— Dilatez-vous : Lorsque vous avez froid, la tendance naturelle est de se crisper, alors que lorsqu’on se détend, la sensation de froid disparait ; de la même façon, avec l’énergie grise émanant de l’extérieur, dilatez-vous au lieu de vous crisper, et vous la verrez se délaver et fondre immédiatement. (Même tactique avec la douleur, mais c’est une autre histoire.)
— Soyez émetteur/émettrice : Sortez votre soleil, votre bonne humeur, prenez les choses à la légère, beaucoup de soucis fondent au soleil de l’humour ! Alors, évidemment, si quelqu’un(e) est effondré(e), il faut savoir écouter d’abord, mais tâcher de ne jamais rester sur une note trop catastrophique, narrez une jolie nouvelle, parlez d’un enfant, du printemps, d’une action qui vous a touché(e)…
— Secouez mains et pieds. Une technique pour vous débarrasser de ce que vous auriez pu « prendre » chez l’autre ou dans un lieu lourd, ou même tout simplement, quand vous êtes vous-même contrarié(e) ou chagrin(e), consiste à secouer vos mains et vos pieds, (un pied après l’autre, bien sûr !) en déliant bien les articulations, respectivement des épaules et des hanches. L’image que je donne souvent, parce qu’elle fait bien rire, et parce qu’elle est efficace, est celle du poulet trop cuit ! vous devez avoir dans vos jambes, la fluidité d’une cuisse de poulet trop cuite !
— Marchez. Rien de tel que la marche pour déposer en terre, tous nos bagages. En vous focalisant sur le contact de vos pieds… Sentez bien la terre qui vous porte, faites résonner vos pas…
— Prenez un bain au gros sel : quand vous rentrez chez vous, et si vous avez la chance d’avoir une baignoire, prenez un bain au gros sel (gris non raffiné, bien sûr ! sel de Guérande, ou Sel de l’Himalaya). 500g de gros sel pour un bain, vous vous laissez fondre quelques 20 minutes, puis, sans vous rincez, vous vous essuyez sommairement, et zou, au lit, sous la couette ! Oui, je sais, c’est la recette pas très écolo, vu la quantité d’eau ! mais quand on est vraiment cassé(e), elle est très efficace pour nettoyer à plein de niveaux différents… et très subtils…
— Faites un câlin à un arbre. Allez faire un gros câlin à un arbre, et demandez-lui de vous débarrasser de vos fumées grises…
— Faites un câlin à la Terre. Couchée sur le dos, ou mieux encore sur le ventre, laissez vos grisailles, s’épancher dans la terre bienveillante. Vous m’en direz des nouvelles…
« Un bon moyen de se recharger lorsqu’on est épuisé consiste à s’allonger de tout son long à même la terre, la tête vers le Nord. Généralement, je m’allonge sur le dos, le visage tourné vers le ciel. En proie à un chagrin, à un échec, ou en cas d’urgence, je m’étends sur le ventre, face contre terre. Cela marche. Les courants de guérison circulent. Même dans les villes, où l’on vit emmuré dans des blocs de béton, coupés du ciel par des couches d’air pollué et isolés de la terre par du ciment épais, les courants continuent de s’écouler. Ils circulent plus lentement, plus faiblement, et peuvent mettre plus de temps à guérir, mais cela marche. La seule chose requise, comme à chaque fois, en chaque occasion, c’est de demander — de lancer un cri, comme dit Tsaviaya — avec foi et la certitude que ce qu’on demande de manière juste est déjà exaucé. » dit Evelyn Eaton dans Avec cette Pipe Sacrée Vous marcherez sur la Terre.

Et aussi ! toutes les pratiques suggérées dans Pratiques et méditations pour la santé et la sérénité pour vous permettre de fortifier votre énergie, et de rester en votre propre centre…

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – février 08

Voir aussi la rubrique sensibilité - et en particulier, le texte Hypersensibilté et hypersensibles où je vous éclaire sur le phénomène de la perméabilité aux autres et à l’environnement, sur des interdépendances, des résonances et vous invite à émettre de la joie au lieu de recevoir et... porter tous les malheurs du monde...
Je vous offre une méditation à la terre, méditation guidée à télécharger, pour une pratique quotdienne.








Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.