L’hibiscus

Intuition

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

L’intuition, la boussole intérieure, la sagesse intérieure, la clairvoyance...
Vous voudriez tant en avoir ou la développer !
Sauf que, comme la plupart, vous réalisez que vous ne vous faîtes pas confiance, et/ou que vous l’avez bloquée...
Il est possible de renouer avec cette sagesse intérieure. Juste un peu d’entraînement !

Nous avons tous et toutes de l’intuition, c’est comme les muscles, nous en sommes tous et toutes doté(e)s. Bon, certain(e)s sont plus costaud(e)s que d’autres, il est vrai… Et les carrément fortiches, on les appelle des médiums…

En général, on a perdu contact avec ses intuitions. Notre système scolaire, nos éducations, nous ont rarement poussé(e)s dans cette voie ! Que de spontanéités découragées ! que d’élans brisés ! par des adultes, à qui on avait joué le même tour, probablement ! On a soi-même très vite pris le relais ! ce n’est pas très scientifique d’être traversé(e) par des éclairs d’intelligence intuitive ! ça remet en cause tant et tant de schémas mentaux : on ne doit pas juger les gens, on apprend en travaillant, on doit réfléchir posément avant d’agir… toutes notions réelles, mais à ne surtout pas ériger en vérités absolues ! on peut aussi cerner quelqu’un en un clin d’œil ! agir dans la spontanéité, et la légèreté !

Vous savez bien que très souvent, vous vous mordez les doigts de ne pas vous être fait confiance, d’avoir douté de vous ! Vous le saviez qu’il ne fallait pas aller à tel endroit, ni suivre tel projet… D’abord, vous n’en aviez même pas vraiment envie ! ou alors, si, et pourtant, vous saviez que ce n’était pas l’idée du siècle, vous le sentiez… Rien ne se mettait bien, vous aviez de nombreux indices, et vous vous êtes entêté(e), parce que si vous commencez à vous suivre, alors !...
Vous avez pris engagement avec telle personne, épousé tel homme, signé tel projet… et le temps vous a souligné que vous auriez mieux fait de vous suivre…
Vous m’en racontez tous les jours dans mon cabinet, tous les jours !! et vous vous en voulez ! « Quelle sottise ! J’aurais épargné temps, argent, chamailleries… »
Bon, vous en vouloir est aussi une perte de temps ! allez-y ! changez plutôt de mode, renouez avec cette précieuse intuition…

Que faire ?
Se faire confiance !
Décrétez que vous êtes prêt(e), mettez-vous en état de vigilance avec toutes les idées qui passent ou flottent dans votre petite tête… et vous allez voir que vous en aurez des intuitions et parfois, de saugrenues encore !
Il suffit alors, juste !, de les suivre… aussi farfelues, soient-elles !!
En général, la première idée est la bonne ! le reste n’est que construction, et ratiocinations du mental, qui ne supporte pas de perdre le contrôle !!
Une de mes élèves parisiennes dit que dès lors qu’elle s’entend penser « Oh mais non alors », elle passe à l’action ! « Oh mais non alors !... Donc, je fais !! » Elle avance à pas de géante !!

Moi, il m’est arrivé une drôle d’histoire, à mes débuts. (Je vous rappelle qu’à mes « débuts », j’avais déjà près de 40 ans ! je vous dis cela pour vous mettre à l’aise !!)
Je marchais excessivement rapidement, comme à l’époque je savais le faire, et tout à coup, j’entends : « Va donner une pièce au clochard du coin de la rue ». Euh ! c’est que je l’avais déjà dépassé d’un bon deux trois mètres, ledit clochard ! En moi-même, affluent toutes sortes de pensées : «  Ça ne va pas la tête ! je ne vais pas revenir sur mes pas !! que vont penser les gens ?! et puis, qu’est-ce que je peux bien lui donner ? si je me mets à fouiller mes poches devant lui ?... »
Le bref temps pris par toutes ces pensées, j’étais bien évidemment à quelques 50 m du clochard. Mais « la voix » de son côté n’avait pas désarmé : « Reviens sur tes pas, et donne une pièce au clochard ! ».
C’était net et précis. C’était comminatoire.
Quand je dis une voix, ce n’est pas tout à fait le terme approprié. Mettons que je savais de façon claire ce que je devais faire, c’était une certitude dans ma tête, et l’idée ne venait pas de moi. En tout cas, pas de façon consciente.
Bon, j’avais déjà décidé que je marcherais dans mes peurs, surtout celle du Qu’en dira-t-on ! je fais demi-tour, je m’approche de cette masse de hardes hirsutes, qui me tourne le dos, continuant à fouiller sauvagement dans ses sachets et paquets. Je ne sais plus si je l’ai hélé ou touché.
Toujours est-il que j’ai mis dans sa main, d’une netteté douteuse, mon obole. Il a alors levé son visage vers moi, et m’a adressé un sourire merveilleux, un sourire plein d’amour, comme je n’en ai, je crois, jamais reçu de ma vie ! Poum ! plein cœur !
C’était le regard de Dieu, le sourire de Dieu ! (J’ai lu quelque part que Dieu pouvait se dissimuler sous de nombreux traits et qu’il affectionnait les mendiants…)
Vous allez penser que je n’ai jamais reçu d’amour. Si si ! j’en ai eu plus que mon compte. J’en reçois encore plus que la plupart. Mais ce regard était différent. Ce qui s’en rapproche le plus, j’en suis désolée pour notre arrogance humaine, c’est le regard de certains chiens : éperdu, sans jugement, dans un don total de soi…
J’en ai été bouleversée. Je pense souvent à ce regard, à ce merveilleux sourire. C’est un des moments forts de ma vie…
Et j’aime raconter cette histoire, parce que je prétends que lorsque nous dépassons nos limites, pour suivre notre intuition, par exemple, l’univers nous gratifie immédiatement, de manière inattendue et généreuse.
Au début, quand on renoue avec ses intuitions, c’est assez souvent que ce genre de cadeaux arrivent ! des cadeaux qui vous encouragent, vous poussent à persévérer…
Puis la confiance arrivant, les éclairs intuitifs sont de plus en plus évidents, et vous n’hésitez plus à les suivre, et votre vie devient tout simplement magique ! et il fait super bon vivre, quand la vie acquiert cette joyeuse légèreté !!

Une de mes patientes m’a presque agressée : elle a commencé à suivre ses intuitions, et puis soudain, elle fut rattrapée par ses peurs ; un monumental « oh mais non » a jailli : « Mais enfin, Carole !! ça ne peut pas être si simple, la vie ! — Ah ?! et pourquoi non ?!!! » Rires !

« Oh mais non alors ! » ?... Donc, fonçons !!

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – février 09

Vous pouvez aussi lire sur le chapitre de l’intuition, le texte Assumer ses extravagances (bis)
Et aussi le truc, coucou n° 6 du 6 novembre 2008 !








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...