L’hibiscus

L’anneau d’or (Conte)

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Ne vous laissez pas juger par des personnes ignorantes...

Un maître envoie un jeune garçon sur le marché. Il lui a confié un anneau, et lui demande de faire le tour du marché pour dénicher la personne qui lui en donnera le meilleur prix.
Mais attention ! Même au plus offrant ! tu ne cèdes pas l’anneau ! Tu reviens me voir d’abord ! D’accord ? Tu as bien compris ?
- Oui, maître, je ne lâche pas l’anneau ! Promis.

L’enfant y passe la matinée, interrogeant consciencieusement tou(te)s les villageois(es).
Il revient fier de son étude. Et brandissant l’anneau !
Oh lala ! vous n’allez pas me croire ! D’abord Gustave m’en a proposé trois sous. Puis n’a la Marinette qui m’en a offert 15. Là-dessus, Josh m’a dit : "8 sous et c’est bien compté !"
- Bon, bon, bon... Qui t’en a offert le plus ? qui t’en a proposé le moins ?
- Ben, le moins, c’est le Gustave avec ses trois sous. Le plus, Grégoire, qui m’en donnait 30, et le voulait sur le champ. Mais j’ai tenu bon ! je vous l’ai rapporté ! hein ?!

- Très bien, mon enfant. Maintenant, tu vas te rendre à cette adresse que je te note, et tu demanderas au vieil homme de t’avancer son prix. Pareil ! tu ne le lui laisses pas. Allez, va.

Dix minutes plus tard, retour du gamin éberlué !
Maître, maître ! Il l’a examiné avec sa loupe, sous toutes les coutures et... il vous en donne trois mille ! Et encore, il a dit que c’est qu’il n’avait pas plus pour le moment, qu’il vous en compterait trois mille autres la semaine prochaine. Il a souligné que compte-tenu de son alliage précieux, de son travail, il valait au bas mot ses six mille !!
Mais c’est à marcher sur la tête ! il est gâteux, Papy ?!

- Pas du tout, mon grand. Au contraire, c’est lui l’expert, il est joaillier. Et les autres sur le marché n’y connaissent rien.
Rends moi mon anneau, pitchoune. Il n’est pas à vendre.

Et retiens bien la leçon ! N’accepte d’être jugé que par des personnes compétentes.
Les autres points de vue sont sans intérêt.


J’ai mis en mots pour vous ce conte que j’offre à toute personne qui doute d’elle-même. Êtes-vous certain(e) d’avoir affaire à des orfèvres ?


© Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - août 2017








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.