L’hibiscus

La dernière fois de ma vie : Coucou n°292 du 6 novembre 2014

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Ressentir l’unicité de l’instant ! un privilège de l’âge ?!

Coucou !
Il m’arrive souvent, de plus en plus souvent - c’est l’âge, vous croyez ? (grand sourire) - de me dire : C’est sans doute la dernière fois de ma vie...
Ni voyez pas une once de nostalgie ou d’appréhension, au contraire. J’aimerais que vous ressentiez la présence que me donne cette pensée, l’application et l’attention que je porte, du coup, à l’instant.
Alors, ce n’est pas à tout bout de champ. Mais lorsque je traverse un village où il est probable que je ne remette plus les pieds, lorsque je vois une personne très malade ou simplement vieille... là c’est quasi systématique. J’embrasse alors les paysages, je respire les personnes... Cela donne une saveur très intense à ces moments.

Et transpire, quand même, sur le reste de ma vie ! Cette expérience d’unicité, d’acuité, d’éclat dru, je la ressens au quotidien, avec des personnes que je croise tous les jours, dans des lieux familiers. Oui, je sais, tout change, tout est impermanent : mon coucher de soleil d’hier ne sera pas celui de demain...etc... mais ce n’est pas, vous l’avez compris, ce que je veux exprimer...
J’ai de plus en plus de fulgurances de présence dilatée à l’instant. Une lumière du soir, une expression sur un visage, un rire dans l’air !...

Je sais que vous êtes nombreux/ses à pratiquer cet art de vivre. C’est un peu la façon des chats, non ?
Enfin ! eux, ils dorment quelques seize heures par jour ! (Soupir faussement envieux...)

Savourez ! savourons !
Carole.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – novembre 2014








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.