L’hibiscus

La voie vertueuse ? : Coucou n° 430 du 30 mai 2019

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Râler ne sert à rien. Rien du tout.
Et ce n’est pas pour être gentil(le) qu’il est mieux de regarder dans son propre jardin avant d’incriminer le monde extérieur, c’est parce qu c’est la seule façon d’avancer !

Coucou toi ! bonjour vous !
j’ai eu, il y a quelque temps, un échange avec l’une d’entre vous qui m’a donné à réfléchir.
Cette dame affirmait qu’elle n’avait pas la vertu nécessaire pour suivre mes bons conseils : dans une échauffourée, je lui suggérai de prendre sa part de responsabilité.
Je lui ai répondu que ma voie (enfin, ma voie, quel abus de langage, n’est-ce pas ? - sourire) était surtout pragmatique.
Qu’elle avait expérimenté la sienne depuis des lustres - oui la querelle avait amplifié sur des années - et, sans résultat.

Alors j’ai considéré certaines de vos réticences à l’aune de cette réaction, et j’ai quelques développements à vous proposer.
Je peux comprendre, si vous avez été blessé(e), que vous rechigniez à rendre les armes. Le chagrin, la colère vous étreignent. Vous attendez des excuses... qui ne viennent pas...
L’autre en face, se sentant offensé(e) de même, renâcle aussi bien.
Impasse et perd, des deux côtés, donc.
Vous m’accordez que votre système vous laisse amer/amère ?
Même sans rixe particulière, le simple fait de juger de ce que les autres devraient être ou faire, vous déforce... Et... ne change pas les autres.
Échec patent de votre méthode !

Ne pensez pas en ces termes : je serais plus sage si je tendais la main ou si je m’abstenais de juger - car vous n’avez pas du tout envie d’être plus sage, le point est entendu (sourire), on vous a trop bassiné(e) avec ça !
Peut-être pouvez-vous vous convaincre que vous serez surtout plus efficace. Car... vous le serez !

Petite perfidie : outre que vous en avez ras-le-bol des bons sentiments, peut-être devinez-vous également que s’engager dans cette voie, c’est se mettre en fragilité.
Je ne le nie pas. Admettre ses torts, c’est accepter de réaliser que tout n’est peut-être pas joli/joli dans nos comportements.
Ce qui devrait vous apaiser, c’est de savoir que nous en sommes tous et toutes là : OUI ! tout n’est pas joli/joli dans nos comportements. C’est avéré.
Accepter de s’engager dans la voie pragmatique nous expose à une petite bousculade.
Mais c’est "risquer" aussi de voir des changements dans nos vies ! Et si vous me lisez, c’est bien pour cela, non ? voir votre vie évoluer vers plus de paix, plus de joie.

Alors, vous acceptez de changer d’éclairage ?
Ce n’est pas finalement pas à la voie vertueuse que vous convient toutes les sagesses du monde, mais bien à la voie pragmatique !

Quelques textes pour prolonger cette perspective :
Avoir raison ou être heureux/se
La vie, un combat ?
et vous y encourager :
il n’est jamais trop tard et le changement n’arrive pas forcément en un jour...

Je souffle vers vous un peu de ce printemps qui ouvre à tous les projets ! y compris celui de s’amender, ou plutôt, pour reprendre le nouvel angle que je vous propose, de devenir plus performant(e) sur le chemin de la sérénité...

C’est à vous !
Carole.

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mai 2019

Et bien sûr, pour vraiment avancer sur le chemin de la pris de responsabilité et le pardon, il y a mon livre (Renoncer à) Pardonner.








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…