L’hibiscus

Le carnet d’auto-louange : Coucou n° 296 du 20 décembre 2014

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Coucou vous !
Dans ma quête d’initiation au chouchoutage, il m’est revenu cette délicieuse pratique de l’auto-louange. J’en entends déjà certain(e)s : Pouah ! N’importe quoi !
Ne jetez pas si vite l’idée ! Elle a fait ses preuves. D’ailleurs, certain(e)s d’entre vous pratiquent déjà avec bonheur !

Vous vous souvenez sans doute de cette jeune femme qui, sous prétexte de fêter l’anniversaire d’une amie, énumérait ses propres qualités, et... réalisait en passant à quel point ces dernières étaient immenses ?
Avez-vous déjà tenté de dresser votre portrait ? Je vous en suggère l’expérience ! Vivement.
Attention, vous ne pouvez énoncer que du positif ! Évidemment !
Si vous êtes fâché(e) avec vous-même, si c’est un chapelet de défauts qui dégringole... de grâce ! quémandez une aide extérieure !
Vous souvenez-vous de "cette râleuse" à qui je dévoilais son courage et sa grande force !?
Aux personnes en rupture d’histoire d’amour ou de travail qui se fustigent : Toujours le même scénario ! je fais souvent remarquer que, d’une histoire à l’autre, des indices de progrès sont visibles, nettement perceptibles : plus de respect de l’autre, plus de respect de soi aussi, moins d’entêtement peut-être à poursuivre coûte que coûte... Regardez plus finement : vous voyez bien que vous avancez ?
Vous vous rappelez ce très joli texte Je descends la rue ? Si pertinent, n’est-ce pas ?
Je suis persuadée - mais vous aussi, sans doute ! - que les personnes qui nous font le plus grandir sont souvent celles qui nous traitent mal. Elles nous donnent en effet l’occasion de réagir : Mais pas du tout ! Je ne suis pas du tout comme cela ! Je vaux beaucoup mieux que l’image qu’il/elle projette de moi ! Beaucoup mieux !
Quand quelqu’un(e) vous catalogue dans un cliché qui ne vous convient pas, passé le premier effondrement, vient le cabrage : Quand même, il/elle exagère !
Vous devez, pour pouvoir avancer, vous affirmer que, décidément, vous êtes quelqu’un(e) de bien !
Si vous n’en avez pas pris l’habitude, que vous vous morfondez à la moindre remarque, pensez-y ! C’est comme si ce petit maître vous tendait un miroir déformant ! A vous de redresser le reflet pour une vision plus réaliste !

Peut-être pouvez-vous commencer par noter quelques situations dont vous êtes fière/fier, ou même simplement satisfait(e). Ouvrez un carnet pour ce faire, et notez tout ce qui vous vient à l’esprit. Ce sera votre carnet d’auto-louanges. Ne le prenez surtout pas trop riquiqui, vous allez vous surprendre !
Vous verrez que de petites notes en remarques diverses, vos écrits vont s’étoffer, vous nourrissant d’une précieuse énergie d’amour envers vous-même. Oui ! Oui !
Savourez !
Les jours vraiment sombres, vous vous relirez, vous ravigotant dans cette douceur.

Nous devrions apprendre aux enfants à tenir ce genre de cahier !
Bon, il n’est jamais jamais trop tard pour l’entamer !
A vos stylos !

Que l’hiver, qui déboule demain ! - Youpi ! Les jours vont rallonger ! - vous soit doux et... inspirant !
A tout bientôt !
Carole.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr - décembre 14


Une suite à ce carnet d’auto-louanges !








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...