L’hibiscus

Le lapin déliant

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Les énergies sont captables de l’un(e) à l’autre. Elles circulent de l’un(e) à l’autre.

Je me promenais dans mon parc favori à deux pas de chez moi, et je croise un lapin. Nous nous arrêtons, mutuellement intimidés. Immobile, je le fixe, et pars dans cet état de rêverie, état méditatif.
C’est alors qu’il a eu ce délicat mouvement du train arrière, comme s’il ébrouait son fessier, que vous avez déjà dû observer chez ce type de bête. Et j’ai eu la surprise, de sentir le bas de mon dos, qui « cédait »,… enfin, qui lâchait ses tensions. Je pense que, comme j’étais bien reliée à lui, il m’a « initiée » à une détente des reins, que j’ai gardé depuis. Il me suffit de me reconnecter à la leçon pratique de mon petit maître au nez vif !
Et… je suis persuadée que je devrais aussi apprendre le mouvement de museau de mon petit maître, et que le jour où je saurais faire cela, j’aurais franchi une belle étape !! (rire)

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – septembre 07








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...