L’hibiscus

Les ados revêches

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Il est parfois difficile de se trouver face à quelqu’un(e) qui tire son nez. Les parents, les adultes qui sont confronté(e)s à des adolescents le savent bien !
Pour autant, c’est notre propre fragilité qui est mise en exergue. Nous savons que, bien souvent, les ados font la tête, alors pourquoi se sentir visé(e) personnellement !?!

Grande conversation avec le papa d’un ado. Un ado revêche. Excusez-moi, les ados, mais c’est quasi un pléonasme !
Pour vous éviter des fouilles dans un dico, sachez que le mot pléonasme signale ainsi que très souvent, vous êtes, vous les ados, rogues, grincheux/ses... etc. Pire, qu’un(e) ado est toujours revêche, maussade. Et que l’expression ados revêches, c’est comme un bégaiement, c’est dire deux fois la même chose !
Ne vous braquez pas, je vous en prie. Lisez la suite.
A ce papa agacé, voire blessé, j’ai rétorqué : « Dans les conflits entre enfants et adultes, je donne toujours raison aux enfants, aux jeunes. C’est aux adultes d’ajuster. Ce sont quand même eux/elles les adultes, pas vrai ?! Eux/elles qui ont l’expérience ! et, a priori, une meilleure gestion de leurs émotions.
- Oui, mais ! tu ne l’as pas vu, il déboule le matin, il me traverse (sic !), il ne me dit même pas bonjour !
- Certes, je ne l’ai pas vu, lui ! mais j’en ai vu tant d’autres !! C’est un grand classique ! Les ados, rappelle-toi, refont le monde dans leur corps, dans leur tête ! ou plutôt, c’est le monde qui se refait en eux/elles ! c’est ébullition et maelström ! et du coup, ils/elles ont souvent l’air grognon. Rien que d’ordinaire !
Par contre, que toi, tu le prennes pour toi, ne peut qu’envenimer vos relations. Bien sûr, c’est toi qui est là : et c’est à toi, qu’il va faire la tête. Mais c’est purement fortuit ! Ce serait moi, c’est moi, qui aurais droit à la soupe à la grimace. Ne te sens pas concerné, personnellement. Ta susceptibilité aggrave la situation.
Évidemment, tu peux demander à ton fils de faire attention à toi. Ceci étant, je te suggère de le faire prudemment lorsqu’il est bien luné. Cela arrive, bien sûr (le coup du pléonasme, c’est pour faire la maligne !). Et surtout, surtout, n’oublie pas qu’il est ado ! en travaux, donc ! et que plus tu seras adulte, vraiment adulte, à ne pas tout prendre pour toi, mieux, il se portera. »

Je vous raconte cette conversation, parce qu’il y a pas mal d’ados sur cette planète ! et beaucoup d’adultes qui prennent tout au premier degré. Amnésie caractéristique du monde adulte !
Ceci étant, les jeunes ! faites donc attention à vos adultes ! ils/elles sont souvent à fleur de peau ! tout comme vous !
Car, ce n’est pas non plus très tranquille d’être le parent d’un(e) ado !
Il convient pour traverser cette phase placidement de s’accrocher vaille que vaille à l’amour qui court en filigrane. Oui, cet(te) ado maussade qui vous regarde d’un air hargneux est bien votre petitou tout vulnérable, tout amour, d’il y a quelques années ! Il/elle grandit. C’est tout ! Mais c’est bien le/la même ! juste fragilisé(e) par le tumulte d’un corps qui change, d’une autonomie qui se dessine...
Pas de panique ! Travaillez votre confiance en vous ! pourquoi êtes-vous si à fleur de peau ? Vous savez bien pourtant que c’est le lot de tout entourage de quasi tou(te)s les ados. Sur quelle faille du grand passé se pose donc votre susceptibilité ?
Dites-vous aussi, pour vous réconforter, qu’on n’agresse jamais si bien que ceux/celles qu’on aime ! Détendez-vous.
Soyez un peu sourd(e), parfois ! N’entamez de discussion que lorsque l’occasion paisible se présente. N’exigez pas plus de lui/d’elle que vous n’exigeriez de moi. Vous ne me sommeriez pas, par exemple, de mettre la table dans la demi-seconde où vous avez formulé votre demande, n’est-ce pas ? Par exemple. Il en est tant d’autres !
Et surtout, surtout, accrochez-vous à l’idée que vous n’êtes pas personnellement visé(e), et que sous le visage renfrogné, court l’amour ! toujours !



© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mars 2012

Je vous invite aussi à lire, et pourquoi pas ensemble, le texte sur les conflits familiaux.
Mais aussi à réfléchir sur le respect avec lequel vous vous adressez à votre jeune. Allez, ne froncez pas le nez, vous n’êtes pas le/la seul(e). C’est culturel, quasi planétaire !








Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…