L’hibiscus

Interdépendance : Maille du filet

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

L’interdépendance : nous sommes tous et toutes relié(e)s. Et notre plus grand devoir est de nous chouchouter nous-même.

Il est un conte indien dont j’ai pris et développé une image : il s’agit du filet d’Indra. Le filet de pêche comme une métaphore de notre humanité. Chaque maille du filet représente un être humain.
Chaque maille du filet a la plus haute importance !
Quand une maille est percée, c’est, en effet, tout le filet qui devient inutile, car les poissons peuvent se sauver…
Il est des mailles qui ne s’occupent que du bien-être des autres, et se penchant sur leurs voisines, elles tirent derrière elles l’ensemble du filet, le découvrant et compromettant ainsi toute son étanchéité.
Notre pauvre filet ne se porte pas si bien, en ces temps modernes, tout rabougri, tout sec... Que faire pour qu’il se remette de ces siècles de rudesse ?
Il n’est qu’une solution : bien hydrater votre propre maille. Si vous prenez soin de votre maille, et c’est la seule chose sensée que vous puissiez faire, par capillarité toutes les mailles voisines seront touchées… et par imprégnation, l’une après l’autre, pourra elle-même se déployer et s’humecter, pour gagner à son tour ses voisines…

© Carole Braéckman –www.lhibiscus.fr – septembre 08


Je vous raconte cette histoire en vidéo Vous aimer








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…