L’hibiscus

Ne jugez pas vos proches (ni les autres d’ailleurs !)

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Il est assez amusant (amusant n’est peut-être pas le bon terme) de constater combien les jugements circulent dans les familles ! Ou dans des groupes affectifs...
Or les jugements déforcent ceux et celles qui en sont la cible, mais aussi celles et ceux qui les émettent !

Vous connaissez tout comme moi des parents qui s’épuisent de soupirs concernant le rythme de vie, les fréquentations, l’alimentation... de leurs jeunes... Et vous devez aussi connaître des enfants qui jugent leurs parents sur le rythme de leur vie, leurs fréquentations ou absences de fréquentation, leur alimentation, leur façon de se soigner... etc.
Entre ami(e)s aussi, le jugement circule, entre collègues...

Or, juger, critiquer est tout à fait stérile, voire contre-productif ! Il traîne énormément de rebelles dans notre société, qui, pour peu qu’on leur suggère un conseil ou qu’on leur exprime un reproche, développent justement ! l’idée de s’entêter !
Ah bon, vous n’êtes pas comme cela, vous-même !?! Seriez-vous un oiseau rare ?!
Les gens ne changent pas sous la menace. Jamais. Ils/elles vont évoluer quand l’élan vital sera là, une aspiration profonde, plus drue que le confortable ronronnement du quotidien...
Lorsque vous êtes dans le jugement, votre énergie enferme l’autre dans son rôle. Vous projetez sur lui/sur elle, des masques, et plus vous êtes proches, plus votre opinion lui est lourde, et plus vous l’engluez dans son comportement...
Prenez conscience que c’est votre amour qui est contrôlant, qui vous met en colère d’amour parfois, qui affûte votre jugement critique, exacerbe votre côté censeur ...

Le pire est que lorsque vous êtes dans le jugement, vous ne convainquez personne, bien au contraire, mais aussi que vous vous nuisez à vous-même ! Vous sécrétez des aigreurs... vous vous gâtez le teint et l’humeur...
Vous êtes aussi en parfaite contradiction avec votre être intérieur : vous n’êtes pas ce(tte) ronchon aux remarques acerbes. Vous valez bien mieux que cela ! Vous êtes bien mieux que cela !
Et puis, focalisé(e)s que vous êtes sur la conduite d’autrui, vous omettez de penser à construire votre propre harmonie... et ratez de nombreux événements ou petits bonheurs... Quel gâchis !
D’autant plus que si votre jugement paralyse toute velléité de changement chez votre partenaire, votre joie le/la délivre, au contraire !
Vous rappelez-vous cette image de l’âne qui n’a pas soif, et qu’aucune menace ne fera boire. Par contre, un autre âne, assoiffé et qui boit goulûment à ses côtés... déclenchera l’envie irrépressible de boire...

Et enfin, et surtout ! vous nuisez à votre relation !
Je me souviens d’une mamie au bec sucré qui planquait ses bonbons, et se faisait régulièrement prendre par sa fille... et évidemment disputer !
Tout le monde est d’accord pour dire que se gaver de bonbons n’est pas excellent ! Mais que cachait cette envie de sucre ? si ce n’est un gros besoin d’affection, de douceurs... Or la petite fille en elle qui réclamait à coups de bonbecs son besoin d’amour, n’était pas entendue, voire était de nouveau punie !
N’y aurait-il pas mieux à faire ? Un énorme câlin, par exemple, pour combler un peu ce manque, et peut-être diminuer le nombre des berlingots à sucer... et rendre de la qualité affective à cette relation...

Ps : J’attire votre attention sur un paradoxe. Lorsque vous me dites : « Mon père est toujours en train de me critiquer, de me dire ce que je devrais faire...  » qu’êtes-vous, vous-même, oui là, présentement, en train de faire ? (Sourire).
Lâchez les jugements, les critiques est un exercice de vigilance. Peut-être un des plus ardus...
Mais notez vos progrès !
Oui, encore en flagrant délit de jugement ! cessez de vous critiquer vous-même ! Ben oui ! hein !


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – février 2014

Sur un sujet proche, laisser vos proches grandir à leur propre rythme ; laissez-leur leur temps de cuisson.








Coucou Vous ! 111 billets d’humeur jolie

Des graines d’humour à suçoter pour laisser la sagesse grandir en nous, presque à notre insu, et redonner au monde des couleurs poétiques et des valeurs humaines.
De petites vitamines épicées :-) à butiner au hasard.

 

Vivre votre vraie vie : Manuel de route vers votre joie

Votre vraie vie n’attend que vous.
Ce livre a changé déjà bien des vies.
Les chercheurs/chercheuses d’authenticité ont trouvé LEUR manuel.