L’hibiscus

Nommer + le chevreuil : Coucou n° 384 du 26 juin 2017

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Quel est donc ce besoin de nommer les choses, les êtres, les oiseaux ?!

Comment un chevreuil nous apprend sur le désarmement face à la colère...

Bonjour toi, coucou vous !

Je m’interroge sur mon besoin de nommer. Assez étonnant !
Quand je vois un oiseau, quand j’entends un chant, j’aime mettre un nom dessus.
Internet est merveilleux pour cela qui m’a permis d’identifier le loriot - il n’a toujours pas daigné se manifester en chair et en plumes ! mais je le reconnais depuis des semaines grâce à son sifflement approbateur. Et aussi le bouvreuil pivoine qui lui, pavane ses rondeurs de plus en plus près de mon poste d’observation, offrant son plastron, vif rouge orangé, à mon regard captivé...
Quel besoin de les baptiser ? J’en tire une véritable satisfaction. Curieux, non ?
Bon, promis, à la prochaine rencontre d’individus de la gent ailée, je leur garde l’anonymat, pour les laisser être, sans me les approprier (?) par un nom. Je vous dirai s’ils y gagnent en présence... A suivre...


Autre aventure de jardin : l’autre jour, j’ai été surprise par un chevreuil dans la prairie en contrebas (non encore fauchée). Il s’est retourné vers moi, et m’a littéralement aboyé dessus !
Vous y croyez, vous ?
C’est le plus petit cervidé, 40 kilos tout mouillé, et il m’a montré les crocs (sic).
D’un chien, on s’attend éventuellement à de l’agressivité, mais d’un chevreuil !
Je l’ai effrayé, et, terrorisé, sa réaction fut guerrière ! un bambi !
De quoi s’interroger, non ? Le plus doux, le plus craintif des animaux transformé en dragon ?
Pensez-y la prochaine fois que vous croisez une furie ? Ne serait-ce pas un être gracieux et pacifique que la peur dénature ?
Et il serait bien dommage, n’est-ce pas ,de faire basculer l’ensemble de la gent cervidé du côté des enragés, à cause de cet épisode.
Ah ! la peur ! la peur !

Que votre journée soit douce !
Carole.

Autre épisode d’agressivité inattendue : le mal à la papatte !

© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – juin 2017








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…