L’hibiscus

Tirer sans sommation ! : Coucou n° 230 du 7 mai 2013

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Quand on rumine des petits riens, ils deviennent vite de terribles rancoeurs. Les exprimer au fur et à mesure peut aider ! Si !

Bonjour vous !
Une histoire de vie, tranche d’humanité :
une petite dame se plaint à moi. Elle doit se rendre à l’hôpital pour des séances de chimiothérapie. Chaque séance dure une bonne heure.
Après la première séance, elle se lamente d’être dans une salle commune, sur un fauteuil inconfortable, entourée de personnes malades... et... peu enjouées. "Tout le monde tirait une de ces tronches !
- Euh, et vous, étiez-vous souriante ? Vous n’étiez probablement pas trop à la fête, non plus ?! non ?
- Mmmmh ! Sans doute...
" (d’un ton revêche !)

Quelques semaines plus tard, second rendez-vous. Sa vie fut rude pendant ces semaines. Les suites d’une chimio sont si éprouvantes parfois.
"Ce coup-ci, je vais leur dire, moi ! C’est un monde qu’il faille râler pour se faire entendre ! S’ils ne me mettent pas dans une chambre tranquille, je m’en vais ! et tant pis pour la chimio !"

C’est ce que j’appelle "tirer sans sommation". Car vérification faite, elle n’a jamais, jamais exprimé, ni auprès de son oncologue, ni du personnel de l’hôpital, son désir d’être traitée différemment. Et d’obtenir une chambre, un lit. Ce que, peut-être, vu son grand âge, elle pourrait obtenir...
Je dois dire que sa colère abrupte qu’elle nourrit en sourdine depuis trois semaines, vient sans doute de son enfance, où elle n’a pas été trop encouragée à exprimer ses besoins, mais aussi évidemment de sa peur, sa peur viscérale d’une dégringolade après chimio.
Elle se trompe de colère, bien sûr. Et c’est ce qui la rend profondément injuste ! prête à tirer à bout portant, sans sommation !
Et aussi, tellement humaine ! non ? J’imagine que vous vous reconnaissez ! même juste un peu !
Ah bon, pas vous ?! Vous arrivez, vous, à exposer vos désirs et insatisfactions, au fur et à mesure, avant qu’ils ne se transforment en infâme ferment ?!! Chapeau bas !

Hep ! J’ai vu hier, mon premier rhododendron en fleurs ! Il était d’une subtile douceur mauve, d’une pétulance communicative ! Bonheur !
Je vous souhaite une jolie journée bigarrée de senteurs et couleurs printanières ! autant d’émouvants cadeaux !
A bientôt !
Carole.



© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – mai 2013








(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...

 

Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…