L’hibiscus

Vivre son travail et les 3 cantonniers : coucou n° 88 du 8 février 2010

par Carole Braéckman

Version imprimable de cet article Version imprimable     envoyer l'article par mail Envoyer par mail

Que de 8 !! coucou n° 88 du 8 février !!
je ne pouvais pas rater tous ces 8 !!
Le 8 est un chiffre extra pour les Chinois !
Ceci étant, j’ai toujours des arguments pour vous dire le plus grand bien de chaque chiffre !

Allons, j’ai envie de vous causer de l’engagement !
Il y a peu, dans le métro, je regardais le plan, cherchant quel bus conviendrait le mieux pour rallier le Vieux-Lille où j’avais à faire.
Deux jeunes filles, estampillées Métro, patrouillaient dans les parages.
L’une d’elles vient au-devant de moi. "Je peux vous aider ?" Elle sort son plan lillois, me donne le numéro du bus, m’explique où le prendre... etc. etc.
Aux petits soins ! et moi, aux anges !!
Sa collègue avait une mine renfrognée.
J’ai, bien entendu, remercié chaleureusement la jeune fille serviable. Nous avons taillé une micro bavette. J’étais pressée, mais j’avais quand même ! le temps qu’elle m’avait fait gagné avec sa gentillesse à lui consacrer !

Le même travail. L’un fait avec considération des personnes. L’autre avec maussaderie.
Devinez qui aura passé une excellente journée ? et qui se sera morfondue ?
Bon, je ne vous fais pas l’injure de la réponse !
Et si notre quotidien était porteur de l’énergie que nous y mettons nous-mêmes ?


Une histoire attribuée à Charles Péguy dit la même évidence :

En se rendant à Chartres, Péguy voit sur le bord de la route un homme qui casse des cailloux à grands coups de maillet. Son visage exprime le malheur et ses gestes, la rage. Péguy s’arrête et demande :
- « Monsieur, que faites-vous ? »
- « Vous voyez bien, lui répond l’homme, je casse des cailloux, c’est dur, j’ai mal au dos, je n’ai trouvé que ce métier stupide et douloureux. »
Un peu plus loin, Péguy aperçoit un autre homme, qui lui aussi, casse des cailloux, mais son visage est calme et ses gestes harmonieux.
- « Que faites-vous, monsieur ? » , lui demande Péguy.
- « Eh bien, je gagne ma vie grâce à ce métier fatigant, je n’ai pas trouvé d’autre métier pour nourrir ma famille, je suis bien content d’avoir celui là , et il a l’avantage d’être en plein air », lui répond-il.
Plus loin, un troisième casseur de cailloux irradie de bonheur. Il sourit en abattant la masse et regarde avec plaisir les éclats de pierre.
- « Que faites-vous ? », lui demande Péguy.
- « Moi, répond cet homme, je bâtis une cathédrale ! »


A bientôt !
Carole.


© Carole Braéckman – www.lhibiscus.fr – février 2010

Sur le thème de l’amour du travail, voyez aussi ce coucou-ci.
Et, sur la façon dont nos pensées façonnent le monde, le conte de l’entrée de ville.








Élevons-nous : de l’enfance

Pour les enfants que nous avons été, pour les parents que nous sommes.
Un livre qui vous allège de vos peurs, vous guide vers une éducation respectueuse…

 

(Renoncer à) Pardonner
Chemin de libération


Pardonnez ou non ! mais délivrez vous de ces poids qui vous entravent !
Un livre de consolation. Pour vous...